De  l’amour  de  la  solitude et  du  silence 

De  l’amour  de  la  solitude et  du  silence 

1.  Cherchez  un  temps  propre  à  vous  occuper  de  vous-même, et  pensez souvent  aux bienfaits de Dieu. Laissez  là  ce  qui  ne  sert  qu’à  nourrir  la  curiosité.  Lisez  plutôt ce qui  touche le  cœur que ce qui  amuse l’esprit.

  •  Retranchez  les  discours  superflus,  les  courses  inutiles; fermez  l’oreille  aux  vains  bruits  du  monde,  et  vous  trouverez assez de loisir pour les saintes  méditations. 

Les  plus  grands  Saints  évitaient  autant  qu’il  leur  était possible  le  commerce  des  hommes  et  préféraient  vivre  en secret  avec Dieu.

 2.  Un  ancien  a  dit:  Toutes  les  fois  que  j’ai  été  dans  la compagnie  des  hommes,  j’en  suis  revenu  moins  homme  que  je n’étais  (Sénèque  ep.  7). 

  • C’est  ce  que  nous  éprouvons  souvent  lors-que  nous  nous livrons à  de longs entretiens. 

Il  est  plus  aisé  de  se  taire  que  de  ne  point  excéder  dans  ses paroles. 

Il  est  plus  aisé  de  se  tenir  chez  soi  que  de  se  garder  de soi-même suffisamment  au-dehors. 

Celui  donc  qui  aspire  à  la  vie  intérieure  et  spirituelle  doit  se retirer de la  foule avec Jésus. Nul  ne se montre sans péril  s’il  n’aime à  demeurer caché.

  •  Nul  ne parle avec mesure s’il  ne  se tait  volontiers. Nul  n’est  en  sûreté  dans  les  premières  places  s’il  n’aime  les dernières. 

 Nul  ne  commande  sans  danger  s’il  n’a  pas  appris  à  bien obéir. 3.  Nul  ne  se  réjouit  avec  sécurité  s’il  ne  possède  en  lui-même le témoignage d’une bonne conscience.

  •  Cependant  la  confiance  des  Saints  a  toujours  été  pleine  de  la crainte  de  Dieu:  quel  que  fût  l’éclat  de  leurs  vertus,  quelque abondantes  que  fussent  leurs  grâces,  ils  n’en  étaient  ni moins humbles  ni  moins vigilants. L’assurance  des  méchants  naît,  au  contraire,  de  l’orgueil  et de la  présomption, et  finit  par l’aveuglement.

 Ne  vous  promettez  point  de  sûreté  en  cette  vie,  quoique  vous paraissiez être un  saint  religieux  ou un  pieux solitaire.

 4.  Souvent  les  meilleurs  dans  l’estime  des  hommes  ont  couru les plus grands  dangers à  cause  de leur trop  de  confiance. 

  • Il  est  donc  utile  à  plusieurs  de  n’être  pas  entièrement délivrés  des  tentations  et  de  souffrir  des  attaques  fréquentes, de  peur  que,  tranquilles  sur  eux-mêmes,  ils  ne  s’élèvent  avec orgueil  ou  qu’ils  ne  se  livrent  trop  aux  consolations  du dehors. 

Oh!  si  l’on  ne  recherchait  jamais  les  joies  qui  passent,  si jamais  l’on  ne  s’occupait  du  monde,  qu’on  posséderait  une conscience pure! Oh!  qui  retrancherait  toute  sollicitude  vaine,  ne  pensant qu’au  salut  et  à  Dieu,  et  plaçant  en  Lui  toute  son  espérance, de quelle paix  et  de quel  repos il  jouirait! 

  • 5.  Nul  n’est  digne  des  consolations  célestes  s’il  ne  s’est exercé longtemps dans la  sainte componction. Si  vous  désirez  la  vraie  componction  du  cœur,  entrez  dans votre  cellule  et  bannissez-en  le  bruit  du  monde;  selon  qu’il est  écrit:  Même  sur  votre  couche,  que  votre  cœur  soit  plein  de componction  (Ps.  4,  5). 

Vous  trouverez  dans  votre  cellule  ce  que  souvent  vous perdrez au-dehors. La  cellule  qu’on  quitte  peu  devient  douce;  fréquemment délaissée, elle engendre l’ennui. Si  dès  le  premier  moment  où  vous  sortez  du  siècle,  vous  êtes fidèle  à  la  garder,  elle  vous  deviendra  comme  une  amie  chère et  sera  votre consolation  la  plus douce.

  •  6.  Dans  le  silence  et  le  repos,  l’âme  pieuse  fait  de  grands progrès et  pénètre ce qu’il  y  a  de  caché dans l’Écriture. Là  elle  trouve  la  source  des  larmes  dont  elle  se  lave  et  se purifie  toutes  les  nuits,  et  elle  s’unit  d’autant  plus familièrement  à  son  Créateur  qu’elle  vit  plus  éloignée  du tumulte du monde. 

Celui  donc  qui  se  sépare  de  ses  connaissances  et  de  ses amis, Dieu S’approchera  de lui  avec Ses saints  Anges. 

  • Il  vaut  mieux  être  caché  et  prendre  soin  de  son  âme,  que  de faire des miracles et  de s’oublier soi-même. 

Il  est  louable  dans  un  religieux  de  sortir  rarement  et  de n’aimer ni  à  voir les hommes ni  à  être vu d’eux. 

  • 7.  Pourquoi  voulez-vous  voir  ce  qui  ne  vous  est  point  permis d’avoir? Le monde passe,  et  sa  concupiscence. Les  désirs  des  sens  entraînent  çà  et  là;  mais  l’heure  passée, que  rapportez-vous,  qu’une  conscience  pesante  et  un  cœur dissipé? 

Parce  qu’on  est  sorti  dans  la  joie,  souvent  on  revient  dans  la tristesse; et  la  veille  joyeuse du soir attriste le  matin. Ainsi  toute  joie  des  sens  s’insinue  avec  douceur;  mais  à  la  fin elle blesse et  tue. 8.  Que  pouvez-vous  voir  ailleurs  que  vous  ne  voyiez  où  vous êtes? 

  •  Voilà  le  ciel,  la  terre,  les  éléments;  or  c’est  d’eux  que tout  est  fait. Où  que  vous  alliez,  que  verrez-vous  qui  soit  stable  sous  le soleil?

 Vous  croyez  peut-être  vous  rassasier;  mais  vous  n’y parviendrez jamais.

 Quand  vous  verriez  toutes  les  choses  à  la  fois,  que  serait-ce qu’une vision  vaine? Levez  les  yeux  en  haut  vers  Dieu  et  priez  pour  vos  péchés  et vos négligences. 

Laissez  aux  hommes  vains  les  choses  vaines;  pour  vous,  ne vous occupez que de ce que Dieu vous commande. 

Fermez  sur  vous  votre  porte  et  appelez  à  vous  Jésus,  votre Bien-Aimé. Demeurez  avec  Lui  dans  votre  cellule:  car  vous  ne  trouverez nulle part  autant  de paix. Si  vous  n’étiez  pas  sorti  et  que  vous  n’eussiez  pas  entendu quelque  bruit  du  monde,  vous  seriez  demeuré  dans  cette douce  paix:  mais  parce  que  vous  aimez  à  entendre  des choses  nouvelles,  il  vous  faut  supporter  ensuite  le  trouble  du cœur. 

RÉFLEXION 

  • Que  cherchez-vous  dans  le  monde?  le  bonheur?  Il  n’y  est pas.  

Écoutez  ce  cri  de  détresse,  cette  plainte  lamentable  qui s’élève  de  tous  les  points  de  la  terre,  et  se  prolonge  de  siècle en  siècle.  

C’est  la  voix  du  monde.  Qu’y  cherchez-vous encore?  Des  lumières,  des  consolations,  pour  accomplir  en paix votre pèlerinage?  Le  monde  est  livré  à  l’esprit  de  ténèbres (I Jn  5,  19),  à  toutes  les  convoitises  qu’il  inspire,  à  tous  les  crimes et  à  tous  les  maux  dont  il  est  le  principe,  et  c’est  pourquoi  le prophète  s’écriait:  Je  me  suis  éloigné,  j’ai  fui,  et  j’ai  demeuré dans  la  solitude  (Ps.  54,  8).  

  • Là,  dans  le  silence  des  créatures, Dieu  parle  au  cœur,  et  Sa  parole  est  si  merveilleuse,  si  douce et  si  ravissante,  que  l’âme  ne  veut  plus  entendre  que  Lui, jusqu’au  jour  où,  tous  les  voiles  étant  déchirés,  elle  Le contemplera  face  à  face (I Cor. 13, 12).  

Le  christianisme  a  peuplé  le désert  de  ces  âmes  choisies  qui,  se  dérobant  au  monde,  et foulant  aux  pieds  ses  plaisirs,  ses  honneurs,  ses  trésors,  et la  chair,  et  le  sang,  nous  offrent  dans  la  pureté  de  leur  vie une  image  de  la  vie  des  Anges.

  •   Cependant,  les  chrétiens  ne sont  pas  tous  appelés  à  ce  sublime  état  de  perfection.  Mais au  milieu  du  bruit  et  du  tumulte  de  la  société,  tous  doivent se  créer  au  fond  de  leur  cœur  une  solitude  où  ils  puissent  se retirer  pour  converser  avec  Jésus-Christ  et  se  recueillir  en  Sa présence.  

C’est  ainsi  que,  ramenés  des  pensées  du  temps  à la  pensée  des  choses  éternelles,  ils  auront  à  dégoût  celles  qui passent,  et  seront  dans  le  monde  comme  n’en  étant  pas: heureux  état  où  s’accomplit  pour  le  fidèle  ce  que  dit  l’Apôtre: Notre  vie  est  cachée  avec  Jésus-Christ  en  Dieu (Col. 3, 3). 

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment