Des  moyens  d’acquérir la  paix  intérieure, et  du  soin  d’avancer dans  la  vertu 

Des  moyens  d’acquérir la  paix  intérieure, et  du  soin  d’avancer dans  la  vertu 

1.  Nous  pourrions  jouir  d’une  grande  paix,  si  nous  voulions ne  nous  point  occuper  de  ce  que  disent  et  de  ce  que  font  les autres, et  de ce dont  nous ne sommes point  chargés.

  •  Comment  peut-il  être  longtemps  en  paix,  celui  qui s’embarrasse  de  soins  étrangers,  qui  cherche  à  se  répandre au-dehors,  et  ne  se  recueille  que  peu  ou  rarement  en lui-même?

 Heureux  les  simples,  parce  qu’ils  posséderont  une  grande paix! 

2.  Comment  quelques  Saints  se  sont-ils  élevés  à  un  si  haut degré de vertu et  de contemplation? 

  • C’est  qu’ils  se  sont  efforcés  de  mourir  à  tous  les  désirs  de  la terre,  et  qu’ils  ont  pu  ainsi  s’unir  à  Dieu  par  le  fond  le  plus intime de leur cœur, et  s’occuper  librement  d’eux-mêmes. 

Pour  nous,  nous  sommes  trop  à  nos  passions,  et  trop inquiets de ce qui  se passe. 

  • Rarement  nous  surmontons  parfaitement  un  seul  vice,  nous n’avons  point  d’ardeur  pour  faire  chaque  jour  quelque progrès, et  ainsi  nous restons tièdes et  froids.

 3.  Si  nous  étions  tout  à  fait  morts  à  nous-mêmes  et  moins préoccupés  au-dedans  de  nous,  alors  nous  pourrions  aussi goûter  les  choses  de  Dieu  et  acquérir  quelque  expérience  de la  céleste contemplation. 

  • Le  plus  grand,  l’unique  obstacle,  c’est  qu’asservis  à  nos passions  et  à  nos  convoitises,  nous  ne  faisons  aucun  effort pour entrer dans la  voie parfaite des Saints.

 Et,  s’il  arrive  que  nous  éprouvions  quelque  légère  adversité, nous  nous  laissons  aussitôt  abattre,  et  nous  recourons  aux consolations humaines. 

4.  Si,  tels  que  des  soldats  généreux,  nous  demeurions  fermes dans  le  combat,  nous  verrions  certainement  le  secours  de Dieu descendre  sur nous du ciel.

  •  Car  Il  est  toujours  prêt  à  aider  ceux  qui  résistent  et  qui espèrent  en  Sa  grâce,  et  c’est  Lui  qui  nous  donne  des occasions de combattre, afin  de  nous rendre victorieux. Si  nous  plaçons  uniquement  le  progrès  de  la  vie  chrétienne dans  les  observances  extérieures,  notre  dévotion  sera  de  peu de durée. Mettons  donc  la  cognée  à  la  racine  de  l’arbre,  afin  que, dégagés des  passions, nous possédions notre âme en  paix. 

5.  Si  nous  déracinions  chaque  année  un  seul  vice,  bientôt nous serions parfaits.

  •  Mais  nous  sentons  souvent,  au  contraire,  que  nous  étions meilleurs  et  que  notre  vie  était  plus  pure,  lorsque  nous quittâmes le siècle, qu’après  plusieurs années de profession. 

Nous  devrions  croître  chaque  jour  en  ferveur  et  en  vertu,  et maintenant  on  compte  pour  beaucoup  d’avoir  conservé  une partie de sa  ferveur. 

  • Si  nous  nous  faisions  d’abord  un  peu  de  violence,  nous pourrions tout  faire ensuite aisément  et  avec joie. 

6.  Il  est  dur  de  renoncer  à  ses  habitudes,  mais  il  est  plus  dur encore de courber sa  propre volonté. Cependant,  si  vous  ne  savez  pas  vous  vaincre  en  des  choses légères,  comment  remporterez-vous  des  victoires  plus difficiles? 

  • Résistez  dès  le  commencement  à  votre  inclination,  rompez sans  aucun  retard  toute  habitude  mauvaise,  de  peur  que peu  à  peu  elle  ne  vous  engage  dans  de  plus  grandes difficultés. 

Oh!  si  vous  considériez  quelle  paix  ce  serait  pour  vous,  quelle joie  pour  les  autres,  en  vivant  comme  vous  le  devez,  vous auriez,  je  crois,  plus  d’ardeur  pour  votre  avancementspirituel. 

RÉFLEXION

  •  Je  vous  laisse  Ma  paix,  Je  vous  donne  Ma  paix,  non  comme  le monde  la  donne  (Jn  14,  27). 

 Quelle  aimable  douceur! 

  •  Quel touchant  amour  dans  ces  paroles  de  Jésus-Christ  et  en même  temps  quelle  instruction  profonde!  Tous  les  hommes souhaitent  la  paix;  

”mais  il  y  a  deux  paix:  la  paix  de Jésus-Christ, et  la  paix du monde. Le  monde  dit  à  l’ambitieux”:  

  • «Le  désir  des  grandeurs  te trouble  et  t’agite,  monte,  élève-toi.» 

 Il  dit  à  l’avare:  «L’envie des  richesses  te  dévore,  amasse,  amasse  sans  t’arrêter jamais.»  

  • Il  dit  au  mondain  tourmenté  de  ses  convoitises: «Enivre-toi  de  tous  les  plaisirs.»  

Il  dit  enfin  à  chaque  passion: «Jouis,  et  tu  auras  la  paix.» 

  •  Promesse  menteuse!  Les  soucis, la  tristesse,  l’inquiétude,  le  dégoût,  les  remords,  voilà  la  paix du monde! 

Jésus  dit:  «Triomphez  de  vous-même,  combattez  vos  désirs, domptez  vos  convoitises,  brisez  vos  passions.» 

  •  Et  l’âme  docile à  Ses  commandements  repose  dans  un  calme  ineffable.  

Les peines  de  la  vie,  les  souffrances,  les  injustices,  les persécutions,  rien  n’altère  sa  paix. 

  •  Et  cette  céleste  paix,  qui surpasse  tout  sentiment  (Phil.  4,  7), 

 l’accompagne  au  dernier passage,  et  la  suit  jusqu’au  ciel,  où  se  consommera  sa félicité. 

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment