Fuis l’orgueil et les vaines espérances

Fuis l’orgueil et les vaines espérances

Qu’il  faut  fuir  l’orgueil et  les  vaines  espérances

 1.  Insensé  celui  qui  met  son  espérance  dans  les  hommes  ou dans  quelque créature que ce soit. N’ayez  point  de  honte  de  servir  les  autres,  et  de  paraître pauvre en  ce monde pour l’amour de Jésus-Christ. Ne  vous  appuyez  point  sur  vous-même,  et  ne  vous  reposez que sur Dieu seul. 

  • Faites  ce  qui  est  en  vous,  et  Dieu  secondera  votre  bonne volonté. Ne  vous  confiez  point  en  votre  science,  ni  dans  l’habileté d’aucune  créature,  mais  plutôt  dans  la  grâce  de  Dieu  qui aide les humbles et  qui  humilie  les présomptueux. 

2.  Ne  vous  glorifiez  point  dans  les  richesses  que  vous  pouvez avoir,  ni  dans  la  puissance  de  vos  amis,  mais  en  Dieu,  qui donne  tout,  et  qui,  par-dessus  tout,  désire  encore  Se  donner Lui-même. 

Ne  vous  élevez  point  à  cause  de  la  force  ou  de  la  beauté  de votre corps, qu’une légère infirmité abat  et  flétrit. 

  • N’ayez  point  de  complaisance  en  vous-même  à  cause  de  votre esprit  ou  de  votre  habileté,  de  peur  de  déplaire  à  Dieu,  de  qui vient  tout  ce que vous avez reçu de bon  de la  nature.

 3.  Ne  vous  estimez  pas  meilleur  que  les  autres,  de  crainte que  peut-être  vous  ne  soyez  pire  aux  yeux  de  Dieu,  qui  sait ce qu’il  y  a  dans  l’homme

Ne  vous  enorgueillissez  pas  de  vos  bonnes  œuvres,  car  les jugements  de  Dieu  sont  autres  que  ceux  des  hommes,  et  ce qui  plaît  aux hommes, souvent  Lui  déplaît.

  •  S’il  y  a  quelque  bien  en  vous,  croyez  qu’il  y  en  a  plus  dans les autres, afin  de conserver l’humilité. Vous  ne  hasardez  rien  à  vous  mettre  au-dessous  de  tous, mais il  vous serait  très nuisible  de vous préférer  à  un  seul. 

L’homme  humble  jouit  d’une  paix  inaltérable;  la  colère  et l’envie troublent  le cœur du superbe. 

RÉFLEXION

  •  En  considérant  la  faiblesse  de  l’homme,  la  fragilité  de  sa  vie, les  souffrances  dont  il  est  assailli  de  toutes  parts,  les ténèbres  de  sa  raison,  les  incertitudes  de  sa  volonté  inclinée au  mal  dès  l’enfance  (Gen.  8,  21),  on  s’étonne  qu’un  seul mouvement  d’orgueil  puisse  s’élever  dans  une  créature  si misérable,  et  cependant  l’orgueil  est  le  fond  même  de  notre nature dégradée. 

Selon  la  pensée  d’un  Père,  «il  nous  sépare  de  la  sagesse,  il fait  que  nous  voulons  être  nous-mêmes  notre  bien,  comme Dieu  Lui-même  est  Son  bien» (S. Aug.,  de  Lib.  Arbitr.  l.  3  c.  24):  tant  il  y  a de  folie  dans  le  crime!

  •   C’est  alors  que  l’homme  se  recherche et  s’admire  dans  tout  ce  qui  le  distingue  des  autres  et l’agrandit  à  ses  propres  yeux,  dans  les  avantages  du  corps, de  l’esprit,  de  la  naissance,  de  la  fortune,  de  la  grâce  même, abusant  ainsi  à  la  fois  des  dons  du  Créateur  et  du Rédempteur. 

Oh!  que  ce  désordre  est  effrayant,  et  combien  nous  devons trembler  lorsque  nous  découvrons  en  nous  un  sentiment  de vaine  complaisance,  ou  qu’il  nous  arrive  de  nous  préférer  à l’un  de  nos  frères.  

  • Rappelons-nous  souvent  le  pharisien  de l’Évangile,  sa  fausse  piété  si  contente  d’elle-même  et  si coupable  devant  Dieu,  son  mépris  pour  le  publicain  qui  s’en alla  justifié  à  cause  de  l’humble  aveu  de  sa  misère,  et  disons au  fond  du  cœur  avec  celui-ci:

  Mon  Dieu!  ayez  pitié  de  moi, pauvre  pécheur! (Lc 18, 13-14) 

Tiré du livre imitons Jésus-Christ

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment