La componction du coeur

La componction du coeur

De  la  componction  du  cœur

  •  1.  Si  vous  voulez  faire  quelque  progrès,  conservez-vous  dans la  crainte  de  Dieu  et  ne  soyez  point  trop  libre;  mais soumettez  vos  sens  à  une  sévère  discipline  et  ne  vous  livrez pas aux joies insensées. Disposez  votre  cœur  à  la  componction  et  vous  trouverez  la vraie piété. La  componction  produit  beaucoup  de  bien,  qu’on  perd bientôt  en  s’abandonnant  aux  vains  mouvements  de  son cœur. Chose  étrange,  qu’un  homme  en  cette  vie  puisse  se  reposer pleinement  dans  la  joie,  lorsqu’il  considère  son  exil,  et  à combien  de périls est  exposée son  âme! 

2.  À  cause  de  la  légèreté  de  notre  cœur  et  de  l’oubli  de  nos défauts,  nous  ne  sentons  pas  les  maux  de  notre  âme,  et souvent  nous  rions  vainement  quand  nous  devrions  bien plutôt  pleurer. Il  n’y  a  de  vraie  liberté  et  de  joie  solide  que  dans  la  crainte  de Dieu et  la  bonne conscience. Heureux  qui  peut  éloigner  tout  ce  qui  le  distrait  et  l’arrête, pour se recueillir tout  entier dans une sainte componction. 

  • Heureux qui  rejette  tout  ce  qui  peut  souiller sa  conscience ou l’appesantir. Combattez  généreusement:  on  triomphe  d’une  habitude  par une autre habitude. Si  vous  savez  laisser  là  les  hommes,  ils  vous  laisseront bientôt  faire ce que vous voudrez.

 3.  N’attirez  pas  à  vous  les  affaires  d’autrui  et  ne  vous embarrassez point  dans celles des grands. Que  votre  œil  soit  ouvert  sur  vous  d’abord;  et  avant  de reprendre vos  amis, ayez soin  de vous reprendre vous-même. Si  vous  n’avez  point  la  faveur  des  hommes,  ne  vous  en attristez  point;  mais  que  votre  peine  soit  de  ne  pas  vivre aussi  bien  et  avec  autant  de  vigilance  que  le  devrait  un serviteur de Dieu et  un  bon  religieux. Il  est  plus  souvent  utile  et  plus  sûr  de  n’avoir  pas  beaucoup de  consolations  dans  cette  vie,  et  surtout  de  consolations sensibles. Cependant,  si  nous  sommes  privés  des  consolations  divines, ou  si  nous  ne  les  éprouvons  que  rarement,  la  faute  en  est  à nous,  parce  que  nous  ne  cherchons  point  la  componction  du cœur  et  que  nous  ne  rejetons  pas  entièrement  les  vaines consolations du  dehors. 

  • 4.  Reconnaissez  que  vous  êtes  indigne  des  consolations célestes et  que vous méritez plutôt  de grandes tribulations. Quand  l’homme  est  pénétré  d’une  parfaite  componction,  le monde entier lui  est  alors amer et  insupportable. Le  juste  trouve  toujours  assez  de  sujets  de  s’affliger  et  de pleurer. Car  en  considérant  soit  lui-même,  soit  les  autres,  il  sait  que nul  ici-bas  n’est  sans  tribulations;  et  plus  il  se  regarde attentivement, plus profonde est  sa  douleur. Le  sujet  d’une  juste  affliction  et  d’une  grande  tristesse intérieure,  ce  sont  nos  péchés  et  nos  vices,  dans  lesquels nous sommes  tellement  ensevelis,  que  rarement pouvons-nous contempler les choses du ciel.

 5.  Si  vous  pensiez  plus  souvent  à  votre  mort  qu’à  la  longueur de  la  vie,  nul  doute  que  vous  auriez  plus  d’ardeur  pour  vous corriger. Et  si  vous  réfléchissiez  sérieusement  aux  peines  de  l’enfer  et au  purgatoire,  je  crois  que  vous  supporteriez  volontiers  le travail  et  la  douleur,  et  que  vous  ne  redouteriez  aucune austérité. Mais  parce  que  ces  vérités  ne  pénètrent  point  jusqu’au  cœur, et  que  nous  aimons  encore  ce  qui  nous  flatte,  nous demeurons froids et  négligents. 

  • 6.  Souvent  c’est  langueur de  l’âme  si  notre  chair  misérable  se plaint  si  aisément. Priez  donc  humblement  le  Seigneur  qu’Il  vous  donne  l’esprit de  componction,  et  dites  avec  le  prophète:  Nourrissez-moi, Seigneur,  du  pain  des  larmes;  abreuvez-moi  du  calice  des pleurs  (Ps.  79,  6). 

RÉFLEXION 

La  douleur  est  le  fond  de  la  vie  humaine.  Souffrances  du corps,  maladies  de  l’âme,  inquiétudes,  afflictions,  péchés,  tel est  l’accablant  fardeau  qu’il  nous  faut  porter  depuis  notre naissance  jusqu’à  la  tombe.  

Et  cependant,  à  force  de  travail, l’homme  parvient  à  découvrir  au  milieu  de  ses  misères  je  ne sais quelles joies  insensées dont  il  s’enivre avidement.

 Fuyons  ces  folles  joies  du  monde.  Arrêtons  notre  pensée  sur le  châtiment  qui  doit  suivre,  sur  nos  fautes  si  multipliées.  Et demandons  à  Dieu,  avec  la  componction  du  cœur,  ce repentir  plein  d’amour,  ces  heureuses  larmes  que  Jésus  a bénies  par  ces  consolantes  paroles:  Beaucoup  de  péchés  vous seront  remis,  parce  que  vous  avez  beaucoup  aimé (Lc 7, 47). 

Tiré du livre imitons Jésus

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment