La reconnaissance (1ère partie)

La reconnaissance (1ère partie)

A lire et à mettre en pratique s’il-vous-plaît !

  • Shalom mes amis, en ce deux dernières jour de la fin de l’année j’aimerais bien partager avec vous ce thème intitulé la reconnaissance pour faire comprendre à chacun de nous comment être reconnaissant envers Dieu et les hommes !

Dans Luc 17:11-19, nous lisons l’histoire remarquable de la guérison de dix lépreux.

Jésus était en route pour Jérusalem et traversait les villages en Samarie et en Galilée. Les dix lépreux entendirent parler de Sa venue. Quelle pression ils ont dû ressentir ! Une source potentielle de guérison allait être là, mais se pourrait-il qu’elle soit également accessible et disponible pour eux ?
En raison de l’impureté de leur maladie, ils étaient forcés de rester à distance de la foule qui suivait Jésus. Mais ces dix hommes se mirent à élever leur voix et à crier désespérément à Jésus : « Jésus, maître, aie pitié de nous ! ». Lorsque Jésus entendit leurs cris et vit leur condition désespérée, Il les appela et leur dit : « Allez vous montrer aux sacrificateurs » comme la loi dans l’Ancien Testament le demandait. Ils crurent et obéirent. 
Dans le verset 15, la Bible dit que l’un d’eux, un Samaritain, lorsqu’il vit qu’il avait été guéri, revint sur ses pas « glorifiant Dieu à haute voix. Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces ».

  • Seule une de ces dix personnes qui avaient reçu ce miracle absolument extraordinaire revint pour remercier Celui qui venait de leur sauver la vie ! Jésus accepta la louange et la reconnaissance de cet homme mais posa les questions suivantes : « Les dix n’ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ?  Ne s’est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ? Puis il lui dit : Lève-toi, va ; ta foi t’a sauvé » (Luc 17 : 17-19).
  • Ceci fut un miracle remarquable mais également un récit qui malheureusement révèle une caractéristique très commune de la nature humaine : 《 le manque de reconnaissance pour la bonté de Dieu.》 Beaucoup de gens, lorsqu’ils sont dans le besoin, peuvent être passionnés dans leur désir de se tourner vers Jésus pour recevoir un miracle. Ils font alors toutes sortes de pétitions (sacrifice) et de négociations avec Dieu si en échange, Il accepte de leur donner ce qu’ils veulent. Néanmoins, leur attitude de coeur ressemble beaucoup à celle que Jésus trouva chez ces lépreux. Ils crient à Dieu pour qu’Il ait compassion d’eux et les aident, et même comme les lépreux, ils appellent Jésus « Maître ». Mais dès que la bonté de Dieu s’est manifestée dans leur vie et que leur besoin a été satisfait, ils continuent simplement leur route comme si de rien n’était et comme s’ils n’avaient rien à Lui donner en retour. Voilà exactement ce qui se passa dans le coeur de neuf de ces dix lépreux.

Bien-aimés dans le seigneur, pendant cette fin de l’année n’ayons pas aussi ces cœurs d’ingratitude qu’avaient ces 9 lepreux face à Jésus. N’allons pas remplir les bars les boîtes des nuits pour clôturer l’année, mais, soyons reconnaissant et humilions-nous devant Jésus qui nous a protégés pendant tous les 365 jours de l’année.

frères caleb nkongolo

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment