La résistance aux tentations

La résistance aux tentations

 1.  Tant  que  nous  vivons  ici-bas,  nous  ne  pouvons  être exempts de tribulations  et  d’épreuves

C’est  pourquoi  il  est  écrit  au  livre  de  Job:  La  tentation  est  la vie  de  l’homme  sur  la  terre  (Job  7,  1). 

Chacun  devrait  donc  être  toujours  en  garde  contre  les tentations  qui  l’assiègent,  et  veiller  et  prier  pour  ne  point laisser  lieu  aux  surprises  du  démon,  qui  ne  dort  jamais,  et qui  tourne  de  tous  côtés,  cherchant  quelqu’un  pour  le  dévorer  (I Pier.  5,  8). 

Il  n’est  point  d’homme  si  parfait  et  si  saint  qui  n’ait quelquefois  des  tentations,  et  nous  ne  pouvons  en  être entièrement  affranchis. 

2.  Mais,  quoique  importunes  et  pénibles,  elles  ne  laissent pas  d’être  souvent  très  utiles  à  l’homme  parce  qu’elles l’humilient, le purifient  et  l’instruisent.

 Tous  les  Saints  ont  passé  par  beaucoup  de  tentations  et  de souffrances,  et  c’est  par  cette  voie  qu’ils  ont  avancé;  mais ceux  qui  n’ont  pu  soutenir  ces  épreuves,  Dieu  les  a réprouvés, et  ils  ont  défailli  dans  la  route du salut. Il  n’y  a  point  d’ordre  si  saint,  ni  de  lieu  si  secret,  où  l’on  ne trouve des peines et  des tentations. 

3.  L’homme,  tant  qu’il  vit,  n’est  jamais  entièrement  à  l’abri des  tentations,  car  nous  en  portons  le  germe  en  nous,  à cause de la  concupiscence dans laquelle nous sommes nés.

 L’une  succède  à  l’autre;  et  nous  aurons  toujours  quelque chose  à  souffrir,  parce  que  nous  avons  perdu  le  bien  et  la félicité primitive. 

Plusieurs  cherchent  à  fuir  pour  n’être  point  tentés,  et  ils tombent  dans des tentations plus dangereuses. 

Il  ne  suffit  pas  de  fuir  pour  vaincre,  mais  la  patience  et  la véritable  humilité  nous  rendent  plus  forts  que  tous  nos ennemis.

 4.  Celui  qui,  sans  arracher  la  racine  du  mal,  évite  seulement les  occasions  extérieures,  avancera  peu;  au  contraire,  les tentations  reviennent  à  lui  plus  promptement  et  plus violentes. 

Vous  vaincrez  plus  sûrement  peu  à  peu  et  par  une  longue patience,  aidé  du  secours  de  Dieu,  que  par  une  rude  et inquiète opiniâtreté. 

Prenez  souvent  conseil  dans  la  tentation,  et  ne  traitez  point durement  celui  qui  est  tenté,  mais  secourez-le  comme  vous voudriez qu’on  vous secourût  vous-même. 

5. Le commencement  de  toutes  les  tentations  est l’inconstance de  l’esprit  et  le peu  de  confiance en  Dieu. Car,  comme  un  vaisseau  sans  gouvernail  est  poussé  çà  et  là par  les  flots,  ainsi  l’homme  faible  et  changeant  qui abandonne  ses  résolutions  est  agité  par  des  tentations diverses. 

Le  feu  éprouve  le  fer  (Eccli.  31,  31), et  la  tentation, l’homme juste. Nous  ne  savons  souvent  ce  que  nous  pouvons,  mais  la tentation  montre ce que nous sommes. Il  faut  veiller  cependant,  surtout  au  commencement  de  la tentation,  car  on  triomphe  beaucoup  plus  facilement  de l’ennemi,  si  on  ne  le  laisse  point  pénétrer  dans  l’âme,  et  si  on le repousse à  l’instant  même où  il  se présente pour entrer.

 C’est  ce  qui  a  fait  dire  à  un  ancien:  Arrêtez  le  mal  dès  son origine;  le  remède  vient  trop  tard  quand  le  mal  s’est  accru  par de  longs  délais  (Ovid.). 

D’abord  une  simple  pensée  s’offre  à  l’esprit,  puis  une  vive imagination,  ensuite  le  plaisir  et  le  mouvement  déréglé,  et  le consentement.  Ainsi  peu  à  peu  l’ennemi  envahit  toute  l’âme, lorsqu’on  ne lui  résiste pas dès le commencement. 

Plus  on  met  de  retard  et  de  langueur  à  le  repousser,  plus  on s’affaiblit  chaque  jour,  et  plus  l’ennemi  devient  fort  contre nous. 

6.  Plusieurs  sont  affligés  de  tentations  plus  violentes  au commencement  de  leur  conversion;  d’autres,  à  la  fin;  il  y  en a  qui  souffrent  presque toute leur vie. 

Quelques-uns  sont  tentés  assez  légèrement,  selon  l’ordre  de la  sagesse  et  de  la  justice  de  Dieu  qui  connaît  l’état  des hommes,  pèse  leurs  mérites,  et  dispose  tout  pour  le  salut  de Ses élus. 

7.  C’est  pourquoi,  quand  nous  sommes  tentés,  nous  ne devons point  perdre  l’espérance,  mais  prier  Dieu  avec  plus de ferveur,  afin  qu’Il  daigne  nous  secourir  dans  toutes  nos tribulations;  car,  selon  la  parole  de  l’Apôtre,  Il  nous  fera  tirer avantage  de  la  tentation  même,  de  sorte  que  nous  puissions  la surmonter  (I  Cor.  10,  13). 

Humilions  donc  nos  âmes  sous  la  main  de  Dieu  (I Pier. 5, 6),  dans toutes  nos  tentations,  dans  toutes  nos  peines,  parce  qu’Il sauvera  et  relèvera  les humbles d’esprit. 

8.  Dans  les  tentations  et  les  traverses,  on  reconnaît  combien l’homme  a  fait  de  progrès.  Le  mérite  est  plus  grand,  et  la vertu paraît  davantage.

 Il  est  peu  difficile  d’être  pieux  et  fervent  lorsque  l’on n’éprouve  rien  de  pénible;  mais  celui  qui  se  soutient  avec patience  au  temps  de  l’adversité  donne  l’espoir  d’un  grand avancement. 

Quelques-uns  surmontent  les  grandes  tentations  et succombent  tous  les  jours  aux  petites,  afin  qu’humiliés d’être  si  faibles  dans  les  moindres  occasions,  ils  ne présument  jamais d’eux-mêmes  dans les grandes. 

RÉFLEXION 

Nul  homme  n’est  exempt  de  tentations.  Elles  nous  purifient, nous  éprouvent,  nous  instruisent,  nous  humilient. 

 Ce  n’est pas  seulement  par  la  fuite  ou  par  une  résistance  violente qu’on  en  triomphe,  mais  par  une  patience  tranquille  et  un confiant  abandon  entre  les  mains  de  Dieu.

  Veillons cependant,  selon  le  précepte  de  Jésus-Christ,  veillons  et prions  (Mc  14,  38).

  On  surmonte  aisément  la  tentation  naissante. 
Mais  si  on  la  laisse  croître  et  se  fortifier,  on  porte,  en succombant, la  peine de sa  négligence ou de  sa  présomption. 

Voulez-vous  réellement  vaincre?  Repoussez  l’ennemi  dès  sa première  attaque.  Voulez-vous  retirer  du  combat  l’avantage en  vue  duquel  Dieu  permet  que  nous  soyons  tentés? reconnaissez  votre  misère,  votre  faiblesse,  votre  impuissance, et  humiliez-vous  de  plus  en  plus.  L’humilité  est  le  fondement de notre sûreté, de notre paix et  de toute perfection. 

Tiré du livre imitons Jésus

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment