Le coeur de l’homme

Le coeur de l’homme

Le  cœur…  jamais  un  organe  n’a  eu  autant  de  symboliques,  alors  que  sa fonction  est  plutôt  purement  pragmatique  :  celle  d’une  pompe,  même  si cette  pompe  est  plus  que  vital.  Le  cœur  n’est  pas  seulement  cet instrument  servant  à  envoyer  du  sang  dans  le  corps,  le  cœur métaphoriquement  ou  symboliquement  désigne  plusieurs  choses 

1.  Le  lieu  des  sentiments  :  l’amour  du  prochain,  la  compassion,  la charité,  etc. 

2.  Le  siège  des  sensations  :  peur,  coup  de  cœur,  angoisse,  etc.  Le stress  positif  ou  négatif,  la  peur  ou  le  coup  de  foudre  par  exemple peuvent  augmenter  sensiblement  le  rythme  cardiaque  et  ainsi donner  l’impression  que  le  cœur  est  bien  ce  lieu  d’émotions  vives 

3.  Le  cœur  désigne  aussi  le  centre  :  le  cœur  du  problème,  au  cœur de  la  nuit,  etc. Le  sens  du  mot  cœur  est  riche  et  varié  et  joue  un  rôle  important  dans notre  monde  contemporain  pour  exprimer  le  plus  souvent  des  choses positives.  En  caricaturant  un  peu,  derrière  cette  symbolique  du  cœur,  il  y a  ce  message  véhiculé  que  «  ce  qui  vient  du  cœur  ne  peut  pas  être mauvais,  ni  être  une  illusion  ou  un  mensonge  ».  

 Evidemment,  je  pousse  ici  le  trait  à  l’extrême  mais  il  y  a  bien  cette  idée que  le  cœur  est  forcément  vrai  et  pur. La  parole  du  cœur  est  alors  au  minimum  une  parole  de  vérité  subjective, une  parole  intouchable  et  inattaquable  et  c’est  peut-être  là  une  difficulté. 

La  personne  qui  s’exprime  avec  son  cœur,  s’exprime  avec  une  intériorité qu’il  est  difficile  et  malvenu  de  remettre  en  question.  Un  argument émotionnel  venant  du  cœur  peut  parfois  servir  à  bloquer  tout  débat rationnel,  comme  si  le  cœur  avait  plus  d’importance  que  la  raison.  Tout  le monde  connaît  cette  citation  :  «  le  cœur  a  ses  raisons  que  la  raison  ne connaît  pas…  »

 Le  cœur  est  pur,  juste  ;    le  cœur  ne  peut  avoir  que  raison,  même  parfois contre  la  raison  elle-même.  Et  par  conséquent,  la  perversion  et  le  mal  ne peuvent  pas  venir  du  cœur.  

Le  mal  peut  bien  venir  évidemment  de l’absence  de  cœur  ou  d’un  cœur  endurci,  mais,  du  cœur  lui-même  «  rien de  mauvais  ne  peut  sortir  ».  

Le  cœur  est  vérité,  le  cœur  est  pur,  limpide, clair,  sans  hypocrisie.    

Voici  quelques  exemples  de  citations  que  nous pouvons  retrouver  facilement  dans  l’ère  du  temps –

 – Il  faut  apprendre  à  écouter  son  cœur,  il  sait  nous  guider  sur  la  voie  de  la vérité  et  de  l’amour. 

L’esprit  cherche  mais  c’est  le  cœur  qui  trouve. Et  je  terminerai  par  la  plus  jolie  de  ces  citations,  mais  aussi  celle  qui m’interpelle  et  m’inquiète  le  plus…

 – La  seule  façon  d’avoir  ce  que  tu  veux  est  de  savoir  ce  que  tu  veux 

La  seule  façon  de  savoir  ce  que  tu  veux  est  de  te  connaître La  seule  façon  de  te  connaître  est  d’être  toi-même Et  la  seule  façon  d’être  toi-même  est  d’écouter  ton  cœur. 

Voilà  en  résumé  et  en  caricaturant,  une  espèce  de  pensée  (si  je  peux appeler  cela  une  pensée)  postmoderne  accordant  une  place prépondérante  à  la  subjectivité  du  cœur.  

Je  l’appellerai  :  la  toute puissance  du  cœur,  car  le  cœur  ne  peut  pas  se  tromper  ;  il  est  le concept  unifiant  l’être  humain  et  la  vérité. 

 Quelle  magnifique  vision  de  la vie,  celle  de  ce  cœur  tout-puissant,  malheureusement,  je  vois  plusieurs dangers  de  ce  cœur  tout-puissant  : 

1)  Le  risque  d’un  fort  relativisme  :  il  n’y  a  pas  de  vérités  ni  de discussions  possibles,  puisque  chaque  cœur  a  forcément  raison…   

2)  Le  risque  d’un  fondamentalisme  :  mon  cœur  a  forcément  raison envers  et  contre  tout. 

3)  Un  individualisme  exacerbé. 

 C’est  mon  cœur,  la  parole  de  ce  cœur que  je  dois  écouter  et  si  ce  cœur  n’est  pas  entièrement  tourné  vers l’autre,  alors  il  devient  vite  un  cœur  seul  et  égoïste  qui  ne  s’écoute que  lui.   J’en  arrive  maintenant  à  la  critique  de  ce  cœur  tout-puissant  avec  cette question  essentielle.  

Si  le  cœur  est  bon  et  pur,  où  se  situe  alors  le  mal  et la  perversion  ? 

 Je  vais  vous  proposer  trois  pistes  qui,  comme  vous  le verrez  conduise  à  une  forme  d’impasse.  
 1.  Le  mal  est  souvent  alors  compris  comme  l’extérieur,  puissance externe  ou  les  forces  maléfiques,  l’exemple  parfait  est  alors  la figure  du  Diable.

 2.  Le  mal  peut  aussi  alors  venir  non  de  l’extérieur,  mais  de  l’intérieur, plus  précisément  du  corps  qui  est  alors  vu  comme  l’impur,  le périssable  ;  

ce  qui  sépare  l’homme  de  l’âme  et  empêche  celle-ci  de s’accomplir  pleinement.  Ici,  nous  sommes  dans  une  conception influencée  à  la  fois  par  la  gnose  et  la  tradition  néo-platonicienne avec  une  séparation  forte  entre  l’âme  et  le  corps,  entre  le  spirituel et  le  matériel.
 3.  Le  mal  peut  venir  alors  de  la  rationalité  de  la  réflexion  ou  de  la volonté  de  l’intelligence. 
L’anthropologique  biblique,  influencé  à  la  fois  par  l’Ancien  Testament  et les  paroles  de  Jésus  ne  défend  pas  une  telle  fonction  symbolique  au cœur,  celle  d’un  cœur  tout-puissant,  au  contraire,  souvent  le  cœur  dans la  Bible  n’est  pas  pur,    c’est  même  parfois  le  lieu  du  péché.   

  Dieu  se  repent  d’avoir  créé  l’homme  et  crée  le  déluge  dont  seul  Noé  et sa  famille  seront  épargnés  (Genèse  6,5) 

«  Le  SEIGNEUR  vit  que  la  méchanceté  de  l’homme  se  multipliait  sur  la  terre:  à longueur  de  journée,  le  cœur  de  l’homme  n’était  porté  qu’à  concevoir  le  mal  »   

Evidemment,  dans  l’Ancien  Testament  le  mal  et  la  perversion proviennent  de  cœurs  endurcis,  comme  celui  du  pharaon  face  à  Moïse (Ex  7,3.13,  etc.)  ou  de  cœurs  de  pierre.  Des  cœurs  de  pierre  que  seul Dieu  peut  transformer  en  cœur  de  chair  (Ezéchiel  36,26)  : 

Je  vous  donnerai  un  cœur  neuf  et  je  mettrai  en  vous  un  esprit  neuf;  j’enlèverai de  votre  corps  le  cœur  de  pierre  et  je  vous  donnerai  un  cœur  de  chair. 

Mais  ce  n’est  pas  seulement,  un  cœur  trop  dur  ou  son  absence  qui œuvre  au  mal.  

Le  mal  s’inscrit  dans  le  cœur  même  des  hommes  et  alors c’est  à  la  bouche  de  veiller  à  ce  que  le  mal  ne  puisse  pas  émerger  du cœur  humain    (Proverbes  12,23  et  17,3) – 

– L’homme  prudent  cache  ce  qu’il  sait,  le  cœur  des  sots  crie  leur  folie. Tu  as  examiné  mon  cœur;  la  nuit,  tu  as  enquêté;  tu  m’as  soumis  à  l’épreuve, tu  n’as  rien  trouvé.  Ce  que  j’ai  pensé  n’a  pas  franchi  ma  bouche. 

Le  cœur  dans  l’Ancien  Testament  n’est  pas  perçu  que  négativement,  il  a également  bien  des  fonctions  positives,  la  prière  du  «  shema  Israël  » recommande  bien  d’aimer  son  Dieu  de  tout  son  cœur,  et  je  pourrais également  citer  bien  d’autres  passages  mettant  le  cœur  en  valeur.  

Mais aujourd’hui,  je  vais  me  concentrer  sur  cette  vision  négative  du  cœur,  car elle  me  paraît  un  bon  antidote  à  ce  que  j’ai  appelé  précédemment  le cœur  tout-puissant.

 Jésus  est  bien  l’héritier  de  cette  tradition  juive  pour  qui,  le  cœur  n’est  ni pur  ni  parfait,  et  que  justement  c’est  souvent  du  cœur  que  sortent  les mauvaises  choses,  surtout  si  la  parole  ne  filtre  pas  les  pensées  du coeur  :  (Matthieu  12,34) «    Engeance  de  vipères,  comment  pourriez-vous  dire  de  bonnes  choses,  alors que  vous  êtes  mauvais?  Car  ce  que  dit  la  bouche,  c’est  ce  qui  déborde  du cœur.  »

 Selon  Jésus,  c’est  bien  du  cœur  même  que  proviennent  les  intentions mauvaises,  meurtres,  adultères,  inconduites,  vols,  faux  témoignages, injures  »,  comme  il  l’affirme  dans  l’évangile  de  Marc,  au  chapitre  7  en comparant  de  manière  assez  amusante  le  cœur  avec  la  nourriture  qui rentre  dans  l’homme.  

Ce  n’est  pas  la  nourriture  qui  rend  l’homme  impur, mais  ce  qui  sort  du  cœur  même  de  l’homme  qui  rend  l’homme  impur Jésus,  en  disant  que  le  mal  et  le  péché  sont  dans  le  cœur,  affirme  que l’impur  n’est  pas  à  l’extérieur  de  l’être  humain  et  n’est  pas  un  impur  qui pourraient  ainsi  le  contaminé  de  l’extérieur. 

 Jésus  balaie  d’un  seul  coup, les  lois  sur  la  pureté  et  l’impureté  inspiré  du  livre  du  Lévitique. 

 Ce  n’est  ni les  aliments,  ni  le  sang  d’une  femme,  ni  les  relations  sexuelles,  ni  des épanchements  qui  rendent  les  hommes  impurs,  mais  bien  ce  qui  sort  du cœur  de  l’homme…  (Marc  7,18-23) 

  • «  Ne  savez-vous  pas  que  rien  de  ce  qui  pénètre  de  l’extérieur  dans  l’homme ne  peut  le  rendre  impur,  puisque  cela  ne  pénètre  pas  dans  son  cœur,  mais dans  son  ventre,  puis  s’en  va  dans  la  fosse.  […]  Ce  qui  sort  de  l’homme,  c’est cela  qui  rend  l’homme  impur.  

En  effet  c’est  de  l’intérieur,  c’est  du  cœur  des hommes  que  sortent  les  intentions  mauvaises.  […]  Tout  ce  mal  sort  de l’intérieur  et  rend  l’homme  impur.  » 

  • Arrêtons-nous  ici  un  instant  pour  réfléchir  aux  implications  de  cette anthropologie  en  particulier  par  rapport  à  la  question  du  mal. 
  • Si  le  mal  est  au  cœur  de  l’homme,  alors  il  ne  faut  pas  craindre  une  force maléfique  extérieure  comme  Satan.

 Si  le  mal  est  dans  le  cœur  de  l’homme,  ce  n’est  pas  le  corps  qui  est mauvais.  Il  n’y  a  pas  ainsi  de  dichotomie,  c’est-à-dire  de  séparation complète  entre  le  corps  et  l’âme,  mais  une  relation  complexe  entre  le corps  et  le  cœur. 

  •  Le  corps  n’est  ni  pur  ni  impur,  mais  est  influencé  par l’état  du  cœur,  comme  le  dit  le  livre  des  proverbes  (14,30)  :  «  un  cœur paisible  est  vie  pour  le  corps  ». 

 Cela  ouvre  vraiment  à  une  réflexion holistique,  c’est-à-dire  qui  intègre  à  la  fois  la  psyché  (l’esprit),  l’âme,  le cœur  et  la  soma,  (c’est-à-dire  le  corps  comme  enveloppe  charnel).  

Cela veut  dire  aussi  que  certaines  maladies  s’incrustent  à  la  fois  dans  le  corps et  dans  le  cœur  humain  ;  une  piste  intéressante  pour  relire  les  récits  de miracles  sous  ce  registre  du  psychosomatique,  celle  d’un  langage  de Jésus  guérissant  le  cœur  et  le  corps  humain.

  •  Et  enfin,  mais  là  c’est  peut-être  déjà  plus  un  point  de  vue  protestant influencé  par  Luther…  le  péché  habite  bien  en  l’homme,  dans  son intériorité,  dans  son  cœur  même.  Le  péché  n’est  pas  extérieur  à l’homme  et  mais  est  incrusté  dans  le  cœur  humain,  et  devient  ainsi  ce qui  coupe  et  éloigne  l’homme  de  Dieu.

 Faut-il  alors  jeter  notre  cœur  au  feu…  non,  ce  n’est  pas  à  cela  que  le message  chrétien  invite,  le  cœur  est  bien  la  source  du  mal,  mais  nous sommes  invités  par  Dieu  à  purifier  notre  cœur,  car  le  cœur  est  le  lieu  de la  foi  et  comme  le  dit  l’apôtre  Paul  à  croire  dans  son  cœur  et  à  confesser par  sa  bouche   Jésus  Christ.  (Romains  10,9)

 Le  cœur  n’est  pas  seulement  le  lieu  de  l’impur,  il  est  aussi,  le  lieu  de  la foi.  

Notre  cœur,  votre  cœur,  mon  cœur  est  pris  dans  cette  tension  entre le  pur  et  l’impur  entre  le  péché  et  la  grâce,  entre  le  bien  et  le  mal.  

Il  peut nous  inciter  à  la  cupidité,  à  la  vanité,  à  la  déraison  aux  intentions mauvaises,  comme  il  peut  nous  ouvrir  à  la  compassion,  à  l’amour,  au pardon  et  à  la  foi. Alors  c’est  à  nous  de  «  garder  notre  cœur  avec  vigilance,  car  de  lui dépendent  les  limites  de  la  vie  »  (Proverbes  4,23)

 Amen   Pasteur  Florian  Bille 

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment