Les exercices d’un bon religieux

Les exercices d’un bon religieux

 1.  La  vie  d’un  vrai  religieux  doit  briller  de  toutes  les  vertus, de  sorte  qu’il  soit  tel  intérieurement  qu’il  paraît  devant  les hommes. Et  certes  il  doit  être  encore  bien  plus  parfait  au-dedans  qu’il ne  le  semble  au-dehors,  parce  que  Dieu  nous  regarde,  et  que nous  devons  partout  où  nous  sommes  Le  révérer profondément  et  marcher  en  Sa  présence  purs  comme  des Anges.

  •  Nous  devons  chaque  jour  renouveler  notre  résolution,  nous exciter  à  la  ferveur,  comme  si  notre  conversion  commençait aujourd’hui  seulement,  et  dire:  Aidez-moi,  Seigneur,  dans mes  saintes  résolutions  et  dans  Votre  service;  donnez-moi  de bien  commencer  maintenant  car  ce  que  j’ai  fait  jusqu’ici  n’est rien. 

2.  La  fermeté  de  notre  résolution  est  la  mesure  de  notre progrès,  et  une  grande  attention  est  nécessaire  à  celui  qui veut  avancer. 

  • Si  celui  qui  forme  les  résolutions  les  plus  fortes se  relâche  souvent,  que  sera-ce  de  celui  qui  n’en  prend  que rarement  ou n’en  prend  que  de faibles?

 Toutefois  nous  abandonnons  nos  résolutions  de  diverses manières  et  la  moindre  omission  dans  nos  exercices  a presque toujours une suite fâcheuse. 

  • Les  justes,  dans  leurs  résolutions,  comptent  bien  plus  sur  la grâce  de  Dieu  que  sur  leur  propre  sagesse;  et  quelque  chose qu’ils  entreprennent,  c’est  en  Lui  seul  qu’ils  mettent  leur confiance. 

Car  l’homme  propose  et  Dieu  dispose  (Prov.  16,  9),  

et  la  voie  de l’homme  n’est  pas  en  lui (Jér.  10,  23)

3.  Si  nous  omettons  quelquefois  nos  exercices  ordinaires  par quelque  motif  pieux  ou  pour  l’utilité  de  nos  frères,  il  nous sera  facile ensuite de réparer cette omission. 

  • Mais  si  nous  les  abandonnons  sans  sujet,  par  ennui  ou  par négligence, c’est  une faute grave  et  qui  nous sera  funeste. 

Faisons  tous  nos  efforts,  et  nous  tomberons  encore  aisément en  beaucoup  de  fautes. 

  • On  doit  cependant  toujours  se  proposer  quelque  chose  de fixe,  surtout  à  l’égard  de  ce  qui  forme  le  plus  grand  obstacle à  notre avancement.

 Il  faut  examiner  et  régler  également  notre  intérieur  et  notre extérieur, parce que l’un  et  l’autre servent  à  nos  progrès. 

  • 4. Ne pouvez-vous  continuellement  vous  recueillir, recueillez-vous  au  moins  de  temps  en  temps,  au  moins  une fois le jour,  le matin  ou le soir. Le  matin,  formez  vos  résolutions;  le  soir,  examinez  votre conduite,  ce  que  vous  avez  été  dans  vos  paroles,  vos  actions, vos  pensées;  car  peut-être  en  cela  avez-vous  souvent  offensé Dieu et  le prochain. 

Tel  qu’un  soldat  plein  de  courage,  armez-vous  contre  les attaques du démon. Réprimez  l’intempérance,  et  vous  réprimerez  plus  aisément les autres désirs  de la  chair. 

  • Ne  soyez  jamais  tout  à  fait  oisif,  mais  lisez  ou  écrivez,  ou priez,  ou  méditez,  ou  travaillez  à  quelque  chose  d’utile  à  la communauté.

 Il  ne  faut  cependant  s’appliquer  qu’avec  discrétion  aux exercices  du  corps,  et  ils  ne  conviennent  pas  également  à tous. 

5.  Ce  qui  sort  des  pratiques  communes  ne  doit  point  paraître au-dehors;  il  est  plus  sûr  de  remplir  en  secret  ses  exercices particuliers.

  •  Prenez  garde  cependant  de  négliger  les  exercices  communs pour  ceux  de  votre  choix. 

 Mais  après  avoir  accompli fidèlement  et  pleinement  les  devoirs  prescrits,  s’il  vous  reste du  temps,  rendez-vous  à  vous-même  selon  le  mouvement  de votre dévotion. 

  • Tous  ne  sauraient  suivre  les  mêmes  exercices:  l’un  convient mieux à  celui-ci,  l’autre à  celui-là. On  aime  même  à  les  diversifier  selon  les  temps;  il  y  en  a qu’on  goûte  plus  aux  jours  de  fêtes,  et  d’autres  aux  jours ordinaires. Les  uns  nous  sont  nécessaires  au  temps  de  la  tentation,  les autres au temps de la  paix et  du  repos. Autres  sont  les  pensées  qui  nous  plaisent  dans  la  tristesse, ou quand  nous  éprouvons de la  joie en  Dieu. 

6.  Il  faut,  vers  l’époque  des  grandes  fêtes,  renouveler  nos pieux  exercices  et  implorer  avec  plus  de  ferveur  les  suffrages des Saints. 

  • Proposons-nous  de  vivre  d’une  fête  à  l’autre  comme  si  nous devions  alors  sortir  de  ce  monde,  et  entrer  dans  l’éternelle fête. 

Et  pour  cela  préparons-nous avec  soin  dans  ces  saints  temps par  une  vie  plus  pieuse,  par  une  plus  sévère  observance  des règles,  comme  devant  bientôt  recevoir  de  Dieu  le  prix  de notre travail. 

7.  Et  si  ce  moment  est  différé,  croyons  que  nous  ne  sommes pas  encore  bien  préparés  ni  dignes  de  cette  gloire  immense qui  nous  sera  découverte  en  son  temps,  et  redoublons d’efforts pour nous mieux disposer à  ce passage. Heureux  le  serviteur,  dit  saint  Luc,  que  le  Seigneur,  quand  Il viendra,  trouvera  veillant.  Je  vous  dis  en  vérité  qu’Il  l’établira sur  tous  Ses  biens  (Lc 12,  37  et  44).

 RÉFLEXION 

La  vie  de  l’homme  sur  la  terre  est  un  combat  perpétuel  (Job 7, 1) contre  le  démon,  contre  le  monde  et  contre  lui-même.

  •   Les uns  se  retirent  dans  le  cloître  pour  résister  plus  aisément, les  autres  demeurent  au  milieu  du  siècle.  

Mais  tous  ne peuvent  vaincre  que  par  l’exercice  d’une  continuelle vigilance.  

  • L’habitude  du  recueillement,  l’amour  de  la  retraite, une  attention  constante  sur  ses  paroles,  ses  pensées,  ses sentiments,  la  fidélité  aux  plus  légers  devoirs  et  aux  plus humbles  pratiques,  préservent  de  grandes  tentations  et attirent  les grâces du Ciel.

 Celui  qui  néglige  les  petites  choses  tombera  peu  à  peu (Eccli. 19, 1), dit  l’Esprit-Saint. 

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment