L’histoire du verre de l’ait

L’histoire du verre de l’ait

‘UN VERRE DE LAIT
 (Histoire à toucher le cœur mes Amis)

Un orphelin vendait des petits articlesde porte à porte pourvivre et payer ses études. Un jour, ilavait tellement faim et n’avait presque plus laforce parce qu’il venait de passer troisjours sans manger etsans que ses articles ne soient vendus.

Il décida alors : “A laporte suivante, je dois demander la nourriture,… advienneque pourra!”.

Il arriva à la porte et toqua : toc toc toc,Une belle fille sortitet lui dit : Karibu! karibu! En voyant lafille, qui avait presque le même âge que lui et très belle de vue, il eut honte de luidemander de la nourriture et se rétracta:

– Bonjour sœur !

– Bonjour mon frère!

 – Eh, eh, …mmmm… j’aimeraisdemander de l’eau sipossible.La jeune fille qui le fixait droit dans lesyeux, dit toutsimplement : Assieds-toi, j’arrive.

  •  Elle entra à la maison pour revenir quelques instants aprèsavec deux gros gâteaux et un grand gobelet de lait ​
    accompagné d’un verre d’eau sur un grand plateau : “Nous n’avons pas encore préparé la nourriture, veuilles bien accepter ceci pour calmer ta faim momentanément….et…..voilà ton eau que tu as demandée.”

Le garçon manqua quoi dire, et dit tout doucement :”……Merci!” Après avoir terminé de manger et de boire il demande :

– Ma sœur quel est ton nom!

– Je m’appelle SUZA LIMBE !….enfin… SUZANE LIMBE!

– Comment savais-tu que j’avais faim ?

  • – Deux raisons : La première, « Les yeux sont le miroir ducœur » disait toujours ma grand-mère,la bouche n’est pas le seul moyen de communication, les yeux ont des moyens plus puissants de communiquer que la bouche. 

Mon frère,les yeux transmettent des messages forts que la bouche ne peut le transmettre. 

Deuxièmement, mes parents m’ont toujours instruit en disant: « Donne toujours du pain et du lait à celui qui demande le thé ». Voilà. Et toi, comment tu t’appelles?

– Alfred…, je m’appelle Alfred

– Maintenant tu peux patienter paisiblement la nourriture….

– Non….non…non, je t’en prie, c’est suffisant, même très suffisant pour moi, permet que je parte!

  • – Ok! Je suis honorée, ….et….je te souhaite alors bonne continuité!- Merci pour ton cœur généreux, Fais toujours le bien et le Dieu céleste te le rendra un jour.

Des années passèrent, tous les parents de SUZA moururent et elle resta seulement avec sa petite sœur. 
SUZA devint malade et les médecins ont diagnostiqué un cancer de l’utérus débutant : “SUZA, si tu as lesmoyens, tu dois tefaire opérer ; et surtout dans un desgrands hôpitauxspécialisés.

  •  Si l’intervention est bien faite, tu as la chance de survivre.” Suggéra le Médecin.- Je n’ai que 500$, seront-ils suffisants ?- Je n’en sais rien, mais tu dois tenter ta chance.

SUZA et sa sœur partirent à la grande ville.

 Arrivées à l’hôpital, vu l’urgence, les médecins l’ontd’abord opéréepuis la facture est venue après. 

Celle-cis’élevait à 3750$.

  • SUZA n’avait ni la famille riche, ni les amis qui pouvaient lui emprunter cette somme colossale et elle n’avait pas debiens matériels qu’elle pouvait soit mettre en gage soit vendre pour avoir cet argent. Elle resta presque deux semaines à l’hôpital pour manqued’argent. Elle ne savait quoi faire.

Alihishiwa.Un matin, un infirmier vient lui donnerune enveloppe contenant le billet de sortie et une lettre.

 Elle commença par pleurer en voyant lebillet de sortie puis elle ouvrit la lettre qui était écrite comme suit : 

– Bonjour sœur !

– Bonjour mon frère!- Eh, eh, …mmmm…

 j’aimerais demander de l’eau si possible

– Assieds-toi, j’arrive …… 

Nous n’avons pas encore préparé la nourriture, veuilles accepter ceci pour calmer tes faims momentanément….et….. 

voilà ton eau que tu as demandée.

– Merci! Continuer à faire des biens ; un Jour, le Dieu tout-puissant te le rendra.”

Elle se rappela de toute l’histoire et elle pleura à haute voix.

  • Sa sœur ne comprenait rien du tout et lui demanda : “Mais Ya SUZA qu’est-ce qui ne va pas,pourquoi pleures-tu sans rien me dire ?SUZA répondit tout doucement : “Fait du bien à tout le monde, même à des inconnus, un Jour le Dieu tout puissant te le rendra.

“A la fin de la lettre il était écrit : Le 01 dumois prochain, tu commences le boulot ici à l’hôpital, du moins si tu es d’accord. Tes frais d’intervention ont été payés par un verre du lait …………..
Dr. Alfred elle pleura et accepta le boulot.
 Elle était complètement guérit.Cher(e) Ami(e) faites du bien à tout lemonde, même à des inconnus, un JOUR le Dieu ToutPuissant vous le rendra parce qu’il y a LE JOUR DE MALHEUR à tout homme.
Plantez le matin, plantez à midi etplantez le soir, car tu nesais pas quelle semence donnera desfruits .

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment