Prendre soin de nos jeunes

Prendre soin de nos jeunes

Prendre soin de nos jeunes

  • Nous avons accordé trop peu d’attention à nos enfants et à nos jeunes et ils n’ont pas grandi en chrétiens comme ils auraient pu le faire parce que les membres d’église ne leur ont pas témoigné de tendresse ni de sympathie dans le désir de les voir progresser spirituellement. 

Dans nos grandes églises, nous pourrions faire beaucoup pour nos jeunes. Leur confierons-nous moins de tâches spéciales, ferons-nous moins d’efforts pour les inciter à devenir des chrétiens matures — hommes et femmes en Jésus-Christ — que ne le faisaient les confessions qu’ils ont quittées pour de la vérité? Les laisserons-nous à la dérive, découragés et en proie aux tentations qui environnent leurs pas incertains? S’ils s’égarent, oubliant leur détermination à être intègres, les membres d’église qui auront négligé ces agneaux les blâmeront-ils en soulignant leurs défaillances? Discuteront-ils de leurs défauts, les montreront-ils du doigt, les laisseront-ils découragés et désespérés? CEPE 36.2

Les membres d’église doivent s’intéresser à nos jeunes, c’est l’une de leurs tâches les plus pressantes. Ceux-ci ont besoin de leur bonté, de leur patience, de leur tendresse au fur et à mesure de leur apprentissage. Où sont donc passés les pères et les mères d’Israël? Beaucoup d’entre nous devraient aspirer à devenir les intendants de la grâce du Christ, portant aux jeunes un intérêt spécial et pas seulement occasionnel. Notre cœur devrait être touché par la situation pitoyable de la jeunesse, sachant que Satan se sert de tous les artifices à sa disposition pour les attirer dans ses filets. CEPE 36.3

Dieu exhorte l’Église à sortir de sa léthargie et à comprendre quelle sorte de service il attend d’elle en cette époque périlleuse. Les agneaux du troupeau ont besoin de nourriture. Le Seigneur du ciel observe ceux qui accomplissent l’œuvre qu’il aurait aimé accomplir lui-même pour les enfants et les jeunes. Puissent les yeux de nos frères et sœurs être oints du collyre céleste afin de discerner les besoins de l’époque! Réveillons-nous! Soyons attentifs au travail à effectuer dans la vigne spirituelle du Christ et retroussons nos manches. CEPE 36.4

Une éducation qui vise l’excellence

Nous qui nous proclamons porteurs d’une lumière spéciale, examinons comment former un corps d’ouvriers qualifiés pour les différents départements de l’œuvre de Dieu. Nous avons besoin de jeunes gens et de jeunes filles disciplinés et cultivés dans nos sanatoriums, notre œuvre médicale missionnaire, nos bureaux d’édition, nos diverses fédérations et nos champs missionnaires. Nous avons besoin de jeunes possédant une culture intellectuelle de haut niveau pour qu’ils accomplissent un excellent travail au service du Seigneur. Si nous avons quelque peu progressé vers cet idéal, nous en sommes encore loin. CEPE

Collectivement et individuellement, si nous voulons être jugés intègres lors du jugement, nous devons faire davantage d’efforts désintéressés pour préparer nos jeunes aux diverses branches de la grande œuvre qui nous est confiée. Mettons sur pied des projets avisés de sorte que l’esprit ingénieux de jeunes talentueux soit fortifié, canalisé et poli selon l’ordonnance divine pour que l’œuvre du Christ ne soit pas freinée par manque d’ouvriers qualifiés s’acquittant de leur tâche avec sérieux et fidélité. CEPE 37.2

Tous doivent être éduqués

L’Église est endormie; elle ne réalise pas l’importance d’éduquer tous nos jeunes. “Mais pourquoi, dira-t-on, insister à ce point sur l’éducation de tous? Ne suffit-il pas d’accorder de l’attention aux quelques-uns qui auront décidé de suivre une vocation littéraire ou autre exigeant une certaine dose d’efforts? Rien n’oblige à éduquer aussi à fond la totalité de nos jeunes. Tous nos besoins ne seront-ils pas comblés ainsi?” CEPE 37.3

Je répondrais: non, certainement pas. Comment choisirions-nous ces jeunes? Comment discernerions-nous les plus prometteurs, ceux qui rendraient à Dieu le meilleur service? Nous risquerions de nous fier aux apparences, comme Samuel lorsqu’il a été envoyé à la recherche de l’oint du Seigneur. Quand les nobles fils de Jesse se sont présentés à lui et que son regard est tombé sur la mine superbe et la belle stature du fils aîné, il lui a semblé reconnaître l’oint du Seigneur. Mais celui-ci a dit: “Ne prête pas attention à son apparence et à sa haute taille, car je l’ai rejeté. Il ne s’agit pas de ce que l’homme voit; l’homme voit ce qui frappe les yeux, mais le Seigneur voit au cœur.” 1 Samuel 16:7, NBS. Le Seigneur n’a accepté aucun des fils de Jesse à la noble physionomie. Mais quand David, le plus jeune fils, un adolescent encore, a été appelé des champs pour se présenter à Samuel, le Seigneur a déclaré: “Lève-toi, donne-lui l’onction, car c’est lui!” 1 Samuel 16:12. 

Comment choisir le membre de famille qui effectuera avec le plus d’efficacité l’œuvre de Dieu? Tous les membres de la famille doivent recevoir la même éducation, tous nos jeunes doivent avoir la possibilité de profiter des bénédictions et des privilèges d’une instruction dans nos écoles afin d’entendre l’appel à devenir ouvriers avec Dieu. Tous ont besoin d’être éduqués en vue d’une œuvre efficace, qualifiés pour des postes de responsabilité à la fois dans le secteur privé et public. Il est urgent de se fixer des objectifs pour obtenir un grand nombre d’ouvriers compétents et beaucoup d’entre eux devraient se former comme enseignants pour que d’autres soient éduqués et entraînés en prévision de la grande œuvre à accomplir. 

Des fonds pour le travail scolaire

Il faut que l’Église prenne conscience de cette situation et, grâce à son influence et ses moyens, réalise cet objectif, ô combien désirable! Que des fonds soient établis à l’aide de généreuses offrandes pour que des écoles s’ouvrent et fassent progresser l’œuvre scolaire. Nous avons besoin de responsables correctement formés et instruits pour servir les intérêts des églises. Ceux-ci devraient souligner le fait que nous ne pouvons envoyer nos jeunes dans les séminaires et collèges des autres confessions, mais qu’il faut les regrouper dans des écoles où leur formation religieuse ne laissera pas à désirer. CEPE 38.2

De nobles buts

Dieu ne souhaite pas que nous ayons du retard dans le domaine scolaire. Nos collèges universitaires doivent être à la pointe du progrès en matière d’éducation […] Si nous n’avons pas d’écoles pour nos jeunes, ils fréquenteront d’autres séminaires et collèges et seront exposés aux idées profanes, aux chicanes et questionnements sur l’inspiration de la Bible. On parle beaucoup d’éducation supérieure et beaucoup croient qu’il s’agit avant tout d’un enseignement scientifique et littéraire; mais cela ne suffit pas. Une éducation digne de ce nom inclut l’étude de la Parole de Dieu et se résume par ces mots: “Qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.” Jean 17:3. 

La plus belle éducation qui soit est celle qui fait acquérir la connaissance et la discipline qui épanouiront au mieux le caractère et prépareront à vivre une vie digne de Dieu. Ne perdons pas de vue l’éternité. L’éducation supérieure enseigne aux enfants et aux jeunes la science du christianisme, qui communique une connaissance expérimentale des voies divines, ainsi que les leçons données par le Christ aux disciples sur le caractère paternel de Dieu. CEPE 39.2

“Ainsi parle l’Éternel: Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le fort ne se glorifie pas de sa force, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse, mais que celui qui veut se glorifier se glorifie d’avoir de l’intelligence et de me connaître.” Jérémie 9:23, 24. Suivons le conseil de Dieu en toutes choses, car sa sagesse est infinie. Même si, par le passé, nous n’avons pas fait pour nos jeunes ce que nous aurions dû, repentons-nous et rachetons le temps perdu. — Special Testimonies on Education, 197-202, 28 avril 1896.

La responsabilité des membres d’église

Il n’existe pas de tâche plus importante que l’éducation de nos jeunes. Je suis heureuse que nous ayons des établissements où ils ne sont pas en contact avec les influences corruptrices si courantes dans les écoles actuelles. Soyez reconnaissants à Dieu, mes frères et sœurs, que, grâce à sa providence, nos collèges aient été créés. Soyez prêts à les soutenir. Tout doit être fait pour éduquer la jeunesse et élever sa moralité. Il faut la former à résister courageusement à la pollution morale de cette époque dégénérée. En se saisissant fermement de la puissance divine, elle tiendra sa place dans la société pour former et façonner au lieu de se laisser façonner d’après le modèle du monde. 

Il ne faut pas donner aux jeunes qui entrent dans nos écoles l’impression qu’ils se retrouvent parmi des étrangers qui n’ont aucun respect pour leur devenir spirituel. Nous devons les garder et empêcher Satan de les éloigner de nous. 
Qu’il y ait en Israël des pères et des mères veillant sur leurs âmes comme s’ils en étaient responsables. Mes frères et sœurs, ne vous tenez pas à l’écart des jeunes, comme si vous n’éprouviez ni sollicitude ni responsabilité à leur égard. Il vous appartient, vous qui confessez être chrétiens depuis si longtemps, de les guider patiemment et gentiment sur le droit chemin. Montrez-leur que vous les aimez parce que ce sont de jeunes membres de la famille du Seigneur, rachetés par son sang. 

L’avenir de la société dépend de la jeunesse actuelle. Satan s’acharne à corrompre l’esprit et à avilir le caractère de tout jeune; nous qui avons davantage d’expérience, nous comporterons-nous en spectateurs en l’observant accomplir ses desseins sans l’en empêcher? Soyons des intendants fidèles et avec l’aide de Dieu efforçons-nous de ne pas les laisser tomber dans un abîme de destruction. Dans la parabole, pendant que les hommes dormaient, l’ennemi semait l’ivraie. Pendant que vous, mes frères et sœurs, demeurez dans l’inconscience, Satan rassemble sous sa bannière une armée de jeunes, il exulte, car par leur intermédiaire, il poursuit son combat contre Dieu. 

Le grand privilège de l’éducateur

Les éducateurs de nos écoles portent une lourde responsabilité. Par leurs paroles et leur caractère, ils doivent montrer à leurs étudiants comment devenir des hommes et des femmes qui craignent Dieu et accomplissent des œuvres de justice. Si eux-mêmes ont connaissance des voies divines, ils seront capables de les y entraîner. Non seulement ils leur enseigneront les sciences, mais ils leur apprendront à être moralement forts, à travailler pour Jésus et à assumer des responsabilités au service de sa cause. 

Chers éducateurs, vous avez l’occasion unique de façonner l’esprit et le caractère de la jeunesse. Quel privilège! Vous aurez la joie de les retrouver autour du grand trône blanc en sachant que vous avez fait votre part pour les préparer à l’immortalité. Si, au grand jour du jugement, vos œuvres sont acceptées, la bénédiction du Maître sera à vos oreilles comme la plus douce des musiques: “Bien, bon et fidèle serviteur […] entre dans la joie de ton maître.” Matthieu 25:21. 

Il y a du travail pour tous dans le vaste champ à moissonner et ceux qui négligeront de faire leur possible se découvriront coupables devant Dieu. Travaillons pour le temps présent et pour l’éternité, en faisant appel à toutes les ressources que Dieu nous a accordées et il bénira des efforts bien dirigés. 

  • Le Sauveur aspire à sauver la jeunesse. Il se réjouit en imaginant les jeunes autour du trône, vêtus de la robe sans tache de sa justice. Il aspire à poser sur leur tête la couronne de vie et d’entendre leurs voix joyeuses se joindre à celles qui proclameront l’honneur, la gloire et la majesté de Dieu et de l’Agneau dans un chant de victoire dont l’écho ne cessera de résonner dans les parvis célestes. 


 ​

Laisser un commentaire fb

Related posts

Leave a Comment